BANQUE NATIONALE DE CREDIT

(BNC)

 

 

 

DISCOURS DU PRESIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

A L’OCCASION DU 35e ANNIVERSAIRE DE LA BANQUE

 

 

 

 

 

PORT-AU-PRINCE

HAITI

AOUT 2014


DISCOURS DU PRESIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Mesdames, Messieurs les Membres du Gouvernement,

Honorables Parlementaires,

Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique et Consulaire,

Messieurs les Membres du Conseil de la BRH,

Messieurs les Anciens Présidents de Conseil d’Administration de la BNC,

Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux,

Monsieur le Président de l’Association Professionnelle de Banques,

Mesdames, Messieurs les Partenaires du Secteur Bancaire et Financier,

Messieurs les Correspondants à l’étranger,

Chers Collègues du Conseil d’Administration de la BNC,

Cadres et Employés de la BNC,

Mesdames, Messieurs les Représentants de la Presse,

Distingués Invités,

Chers Clients,

Mesdames, Messieurs,

NON PAS A NOUS, YAHVE, NON PAS A NOUS

MAIS A TON NOM RAPPORTE LA GLOIRE…

Il était une fois, un 17 juillet 1979, une loi séparait la Banque Nationale de la République d’Haïti (BNRH) en deux (2) institutions distinctes et autonomes : la Banque de la République d’Haïti (BRH) et la Banque Nationale de Crédit (BNC).

La Banque Nationale de Crédit (BNC) commémore cette année son trente-cinquième (35e) anniversaire. Cette commémoration offre l’occasion de remercier, de rendre hommage, d’honorer, d’apprécier le chemin parcouru et de dégager des perspectives d’avenir.

Permettez, d’abord, que les premiers propos du Conseil d’Administration de la Banque Nationale de Crédit (BNC) soient l’expression de sa gratitude vous tous qui êtes venus rehausser, par votre présence, l’éclat de cette soirée.   Le Conseil en profite pour rendre un public et vibrant hommage aux concepteurs, aux pionniers, aux fondateurs de la Banque Nationale de Crédit (BNC) ainsi qu’aux architectes de sa restructuration et de sa modernisation.

Ce soir, le Conseil d’Administration honore une brochette de la clientèle qui lui a toujours témoigné de sa confiance, de son attachement et de sa fidélité.

Le Conseil honore, en outre, les quatre (4) premiers Présidents de Conseil d’Administration de la BNC pour leur contribution à la fondation de la Banque Nationale de Crédit (BNC).

Comment ne pas honorer également la mémoire de celui qui fut l’Architecte de sa restructuration, de son renouveau et de sa modernisation?  Je veux parler de Monsieur Guiteau Toussaint.  Observons une minute de recueillement à la mémoire de ce grand haïtien.  Merci.

Le Conseil honore, enfin, son personnel pour sa loyauté, son engagement, sa motivation, sa détermination et son dévouement  au service de la clientèle.

Distingues Invites,

Mesdames, Messieurs,

Au cours de ses trois décennies et demie d’existence, la Banque Nationale de Crédit (BNC) a connu des temps forts et des moments difficiles.  Nous pouvons diviser les 35 ans de la BNC en trois périodes :

Une première période allant de :

1979-1989 : cette période correspondait à une situation de quasi monopole.  La BNC disposait du réseau de succursales le plus étendu et d’une présence dans tous les départements géographiques du pays.

 

Une deuxième période allant de :

1989-1999 : cette période correspondait à la décadence de la BNC.  Des le début des années 90, la BNC était confrontée à de sérieuses difficultés. De nouvelles banques commerciales, dotées de ressources humaines qualifiées et compétentes, offrant des services de qualité à leurs clients, équipées de  technologies modernes et appliquant de nouvelles pratiques de gestion, faisaient leur entrée dans le secteur.

N’ayant pas su s’adapter à l’évolution du secteur et n'ayant pas suivi cette voie de modernisation, la BNC déclinait et passait du 1er au 6e rang du secteur bancaire haïtien.

N’était-ce la vision, la détermination et la sagacité des dirigeants d’alors, la Banque Nationale de Crédit (BNC) serait aujourd’hui un souvenir.  La décision de restructurer la Banque était prise.  Un Comité Provisoire de Contrôle et de Restructuration (CPCR) était constitué.  Mais, c’est la seconde version du Comité qui a réussi l’œuvre titanesque de restructuration de la BNC.

Enfin, une troisième période allant de :

1999-2014 : ces dernières quinze années correspondaient au renouveau et à la modernisation de la BNC.  La restructuration de la Banque était basée sur les trois (3) principes suivants : la gestion axée sur les résultats, le rôle prépondérant du client et l’esprit d’équipe.  Par contre, sa modernisation était conditionnée par trois (3) défis majeurs : le défi politique, le défi commercial et le défi technologique.

Le défi politique est aujourd’hui contrôlé.  La BNC n’est pas sujette aux interférences des pouvoirs publics dans son processus de prise de décision.  Le mandat des Conseils d’Administration est respecté et son renouvellement s’effectue conformément à la loi.

Le défi commercial demeure une gageure.  Il importe de rappeler au personnel commercial que la BNC est une banque commerciale, propriété de l’Etat haïtien.   Le client est sa raison d’être.  La qualité du service à la clientèle demeure sa principale préoccupation.  Le crédit est le moteur de sa croissance et de sa profitabilité. 

Le défi technologique est permanent.  Aujourd’hui, les technologies de l’information et de la communication constituent l’épine dorsale de la Banque.  La BNC doit être en tout temps à la pointe de la technologie.

La Restructuration de la BNC accordait la priorité à la qualité du service à la clientèle et à une gestion bancaire efficace.  La banque a mis en place un système d'information, supporté par une technologie de pointe très robuste.  Dès l'exercice fiscal 2001-2002, la BNC renouait avec la rentabilité.  La BNC était alors déterminée à répondre à sa vocation de banque nationale et à jouer un rôle de leader au sein du système bancaire haïtien.  D'ou le slogan:

"Le Même Nom, Une autre banque"!

Distingués Invités,

Au fil des années, la BNC devenait une institution économiquement prospère, socialement responsable et garante de l'épargne de sa clientèle.  Aujourd'hui, la BNC s’offre comme un modèle de gestion et de gouvernance d'institution publique.  Elle est devenue une banque commerciale moderne, efficace et efficiente, orientée vers la promotion de l'économie nationale.

Pourtant, trois événements majeurs ont marque l'évolution de la BNC au cours de ses 35 dernières années.  Il s'agit, bien entendu de la restructuration, de l'absorption des Actifs et Passifs de la SOCABANK et du séisme du 12 janvier 2010.

D'abord, la restructuration.  Les chantiers de la restructuration et de la modernisation de la BNC étaient à la fois passionnants et gigantesques.  Il fallait tour à tour assainir le portefeuille de crédit de la banque, le débarrasser des actifs toxiques, réduire la taille de son personnel, y introduire de nouvelles technologies ainsi que de nouvelles pratiques de gestion, saine, participative, efficace, efficiente, rationnelle et axée sur les résultats.

Deuxièmement, l'acquisition des Actifs et passifs de la SOCABANK.  Quelques temps après sa restructuration, un autre chantier tout aussi exaltant attendait la BNC.  Il s’agit de celui de l’absorption des Actifs et Passifs de la Société Caraibeenne de Banque S.A. (SOCABANK) en mars 2007.  La BNC était à l'époque la seule banque commerciale disposant de suffisamment de fonds propres pour absorber une banque commerciale privée en situation de faillite technique.

Pour la première fois en Haïti, une banque commerciale, propriété de l’Etat, absorbait une banque commerciale privée en difficulté.  Il s’agit bien d’un cas de privatisation à rebours et surtout d'une expérience inédite dans les annales du système financier haïtien.

Cette opération ne répondait ni à une stratégie de croissance externe ni à une intégration horizontale de la BNC.  Il fallait éviter, d'une part, une perte de confiance de la clientèle dans le système bancaire haïtien et, d'autre part, une crise systémique aux conséquences incalculables pour le système financier haïtien.  Cependant, cette transaction témoigne de la capacité de la BNC à participer à la protection des intérêts supérieurs de l'Etat.

Troisièmement, le tremblement de terre du 12 janvier 2010 marque également un tournant décisif dans l’évolution des affaires dans le pays.  A part les énormes pertes en ressources humaines, matérielles, financières et technologiques subies dans le secteur bancaire,  le séisme du 12 janvier 2010 a permis de tester sa résilience.

Comme toutes les banques du secteur, la BNC a assuré une reprise graduelle, ordonnée et progressive de ses activités, dans le délai convenu entre les autorités monétaires et l'Association Professionnelle de Banques (APB).  De plus, une gestion efficace de la crise lui a permis de réduire son impact sur les actifs et les résultats de la banque.  Aussi, la BNC a-t-elle pu poursuivre sa consolidation financière et son expansion commerciale, tel que prévues dans son plan stratégique 2007-2012.

D’aucuns considèrent le tremblement de terre du 12 janvier 2010 comme une leçon, enseignée par la nature pour rappeler à tous les conditions de vulnérabilité du pays et les inciter à revoir leur façon de penser et d'agir.  Cette catastrophe a permis à la BNC de renouveler sa détermination et son engagement à œuvrer pour le bien-être de sa clientèle, de son personnel et de la collectivité haïtienne dans son ensemble.

Distingués Invités,

Chers Clients,

De nos jours, la BNC finance tous les secteurs de l’économie nationale. Qu’ils s’agissent des secteurs :

  • de l’énergie,
  • des télécommunications,
  • des infrastructures routières, portuaires, aéroportuaires.
  • de l’éducation,
  • de la santé,
  • de l’hôtellerie,
  • de l’import-export,
  • de la sous-traitance,
  • de l’immobilier et,
  • du transport.

Par ailleurs, depuis sa restructuration au début du XXIe siècle, la BNC ne cesse d’innover dans le secteur bancaire haïtien.

 

  • La première innovation demeure sans conteste le fonctionnement de la Banque du dimanche qui permet à sa clientèle d’effectuer toutes ses transactions sept jours sur sept.  Il ne s’agit pas ici de formules approximatives.  La BNC est ouverte à la clientèle sept jours sur sept.
  • Deuxièmement, jusqu’au lancement du Programme de Prêt Kredi PAM en 2001, les Agents de la Fonction Publique n’avaient pas accès au crédit du secteur bancaire haïtien.
  • Depuis 2007, la BNC est présente «Tout Kote, San Kè Sote», grâce à carte prépayée nationale et internationale en gourde et en dollar américain.
  • En outre, à travers un accord de partenariat avec la «Alternative Insurance Company (AIC)», la BNC a lancé en 2008 la première banque assurance dans le pays.  L’assurance BNC offre l’assurance véhicule, l’assurance multirisque habitation, l’assurance stock et l’assurance 024.
  • La BNC offre actuellement un programme de crédit (PROCREDIT)  aux micros, petites et moyennes entreprises, engagées dans la production et la transformation de produits  semi finis en produits finis, à un taux concurrentiel.
  • La BNC a lancé la première banque mobile, à distance, dirigée par une banque commerciale et non par une compagnie de téléphonie, à travers l’utilisation du téléphone cellulaire comme porte-monnaie électronique.

Distingués Invités,

Chers Clients,

Mesdames, Messieurs,

Il y a trois (3) ans, le Conseil d’Administration s’était engagé par devant la Commission de l’Economie et  des Finances du Sénat de la République

à :

  • Renforcer le troisième rang de la BNC dans le secteur bancaire haïtien ;
  • Augmenter le portefeuille de prêt de la banque dans les secteurs du logement, de l’industrie, des infrastructures et de la sous-traitance ;
  • Elaborer et financer un programme de prêt au logement a un taux préférentiel et sur longue période ;
  • Lancer un programme de crédit en faveur de micros, petites et moyennes entreprises de production et de transformation ;
  • Réduire le taux d’improductivité du portefeuille de crédit au 30 septembre 2014 ;
  • Elaborer un plan de développement technologique de la BNC ;
  • Rétablir la taille du réseau à son niveau d’avant le séisme du 12 janvier 2010 et redéployer son réseau de succursales dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince ;
  • Lancer la Banque à distance et la banque mobile ;
  • Améliorer les conditions de vie du personnel à travers la rémunération et la formation continue ;
  • Améliorer les conditions de traitement du personnel du réseau travaillant le dimanche ;
  • Soumettre les déclarations de patrimoine des Membres du Conseil d’Administration.

Aujourd’hui, la BNC occupe le 3e rang dans le système par : la taille et la qualité de ses actifs, la taille et la structure de son portefeuille de dépôts, la taille, la structure et la qualité de son portefeuille de crédit, la structure de ses fonds propres et sa profitabilité.

Par exemple, la taille du bilan de la BNC est passé de 29 milliards de gourdes en 2010 à 42 milliards de gourdes en 2014.  Au cours de la même période, les profits de la banque sont passés de 158 millions de gourdes à plus de 400 millions de gourdes.  Le capital autorisé de la BNC qui était de 500 millions de gourdes en 2010 est passé à 1 milliard 500 millions en 2014, par incorporation des bénéfices non répartis.

Depuis juillet 2011, la BNC a lancé, en partenariat avec la Banque Populaire Haïtienne (BPH) et avec  le support de la BRH, un programme de prêt au logement, connu sous le nom de « KAY PAM », en faveur des Agents de la fonction publique, des cadres du secteur privé des affaires et des socioprofessionnels. Ce programme, doté d’un budget total de 4 milliards de gourdes, fournit des prêts au logement sur longue durée (30 ans), à un taux préférentiel en gourdes fixe  (8% sur le 10 premières années), et un versement initial de 10 a 15% de la valeur du bien. De nos jours, d’autres banques de la place ont lancé des programmes similaires.

De même, depuis janvier 2013, la BNC a lancé un programme de crédit, dénommé PROCREDIT, en faveur des micros, petites et moyennes entreprises de production et de transformation.  Le taux d’intérêt est imbattable.  Lancé à Maissade dans le département du Centre, PROCREDIT couvre aujourd’hui 8 des 10 départements géographiques du pays.

En outre, la BNC poursuit le travail d’épuration de son portefeuille de crédit.  Le taux d’improductif avoisine aujourd’hui les 2%.  Par ailleurs, il n’est pas superfétatoire de rappeler que la Banque s’est dotée d’un plan de développement technologique pour les cinq (5) prochaines années.

Parallèlement, le Conseil poursuit des efforts inlassables en vue de rétablir la taille du réseau de succursales de la BNC à son niveau d’avant 2010.  Nous avons compris que s’il est possible de détruire en trente-cinq (35) secondes, la reconstruction prend en général plus de temps. 

Aussi, en guise de compensation et dans le but d’améliorer continuellement sa capacité d’accueil, la BNC a-t-elle réhabilité ses succursales de la Rue des Miracles et de la Rue Pavée, ouvert de nouvelles succursales,  à Delmas 32, à Tabarre et à l’hôtel Royal Oasis. Cette derniere est dédiée à la mémoire de Guiteau Toussaint. Dans un avenir proche, la BNC projette également de redéployer son réseau sur la route de Frères et d’ouvrir deux (2) nouvelles succursales, une à Mirebalais et une seconde au Cap-Haitien, en dehors de la Barrière Bouteille.

L’amélioration des conditions de travail du personnel et celle de leur qualité de vie ont toujours retenu l’attention du Conseil d’Administration. A cet egard, la BNC pourvoit regulierement a la formation de son personnel. De plus, la BNC a entrepris la réhabilitation des succursales de Fort-Liberté, des Gonaïves, d’Aquin, de Jérémie et la construction d’un nouveau bâtiment pour loger la succursale de Hinche.  Parallèlement, le Conseil finalise l’élaboration et la mise en œuvre d’un nouveau Plan de Pension pour son personnel.

Depuis juin 2013, la BNC a lancé, sous le nom de Lajan Cash, sa Banque à distance et sa Banque mobile, à travers l’utilisation du téléphone cellulaire comme porte monnaie électronique.  Contrairement aux expériences en cours dans le milieu, Lajan Cash tire son originalité du fait qu’elle utilise une technologie de pointe qui permet à la BNC de la gérer et de la diriger de manière autonome, sans être assujettie au contrôle d’une compagnie de téléphone cellulaire.

Enfin, il est important de mentionner que tous les membres du Conseil d’Administration de la BNC ont effectué leur déclaration de Patrimoine dans les délais prescrits par la loi régissant la matière.

Distingués Invités,

Chers Amis,

Mesdames, Messieurs,

Aujourd’hui, la BNC est la troisième banque commerciale du système bancaire haïtien.  A 35 ans, elle intègre la galerie du patrimoine bancaire et financier haïtien.  Un patrimoine que les générations présentes et futures se doivent de préserver, de valoriser et d’enrichir.

Au cours des 15 prochaines années qui la séparent de la commémoration de son cinquantième anniversaire, la BNC continuera à offrir des produits et services bancaires innovants et de qualité à sa clientèle.  Au fil du temps, la BNC s’affirmera comme un partenaire incontournable du secteur privé des affaires.

 

Durant les 15 prochaines années, la BNC demeurera une banque commerciale, socialement responsable, économiquement solide et financièrement rentable.  Elle s’engage dorénavant à :

  • Renforcer sa présence sur l’ensemble du territoire haïtien ;
  • Contribuer à une plus grande bancarisation ainsi qu’à l’inclusion financière de la population économiquement active du pays ;
  • Poursuivre l’accompagnement de l’Etat haïtien dans ses efforts de développement et de modernisation de l’économie nationale.

Chers Clients,

La Banque Nationale de Crédit, votre BNC, continuera de gravir les sommets de la Modernité, de la Performance et de la Rentabilité.  D’ores et déjà, la BNC vous convie à la commémoration de son cinquantième anniversaire, le 17 août 2029.

Toutefois, nous ne saurions terminer cette allocution sans remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la réalisation et au succès de cette soirée.  Nous présentons des compliments spéciaux à tous les membres du Comité de commémoration du 35e anniversaire.   Enfin, un grand merci à vous tous et à vous toutes qui nous ont fait l’honneur de venir feter avec nous.