INTERVENTION

DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE LA BNC

MONSIEUR RAOUL PIERRE-LOUIS

POUR LA 12ÈME ÉDITION DU SOMMET SUR LA FINANCE

– 25 AU 27 AVRIL 2021

 

Comme chaque année, j’ai l’honneur d’intervenir à cette tribune sur un sujet qui touche l’actualité et qui fait l’objet de préoccupations dans la communauté financière.

Je voudrais donc chers participants, internautes, et clients, m’adresser à vous autour du thème de cette année: Financement des Petites et Moyennes Entreprises – quels financements et pour quelles PME ?

Il faut savoir, ce que nous considérons comme étant une micro, petite, ou moyenne entreprise, les MPME, ou tout simplement les PME, n’est pas perçu de la même façon aux États-Unis, en France, voir même en République Dominicaine et n’a pas le même poids dans l’économie suivant qu’il s’agit d’un pays émergent ou en développement, d’une économie développée ou d’un pays avancé.

Jusqu’à présent encore, la controverse continue en Haïti. Faut-il les apprécier par la taille, le nombre d’employés ou le chiffre d’affaires ? Quel que soit le cas, il faut comprendre que dans un pays comme Haïti où le marché informel occupe près de 76% des emplois, le poids du secteur informel est estimé à plus de 50% du PIB. Autant l’économie informelle est négligée dans les politiques publiques, autant son importance dans l’économie d’Haïti est significative.

Pour preuve, selon une enquête réalisée par le Centre de Facilitation des Investissements (CFI) en 2018, sur les 1919 entreprises sondées tombant dans cette catégorie, 81% ont un statut d’entreprise individuelle, et 39% seulement ont été enregistrées au Ministère du Commerce, ce qui veut dire très peu d’entre elles sont légalement constituées. En outre, moins de 20% disposent d’un compte bancaire, ce qui rend difficile l’intervention des banques d’autant plus que l’absence d’un système d’informations empêche d’apprécier les activités réalisées sur une période donnée.

De ce fait, on peut comprendre pourquoi, en dépit des besoins de financement très importants constatés, (plus de 2 milliards de dollars soit près de 2 fois l’équivalent du total de financement distribué par le système bancaire haïtien au 31 décembre 2021) très peu d’interventions ont pu être réalisées par les banques haïtiennes.

En effet, « les données reportées par les institutions financières au Bureau d’Information sur le Crédit (BIC), à savoir les Banques commerciales et institutions de microfinance, indiquent que seulement 3% des emprunteurs sont des entreprises et le montant total qui leur est accordé représente 65,79% du montant total octroyé ». (Voir la Note sur la Politique Monétaire de la BRH pour le 1er trimestre de l’exercice fiscal 2021-2022)

D’un autre côté et d’après les informations recueillies dans le dernier rapport de la banque mondiale sur « le poids du secteur informel dans les économies en développement » de novembre 2021 : « la prédominance de cette économie de l’ombre réduit la capacité des pays à mobiliser les ressources budgétaires nécessaires pour stimuler l’activité économique en période de crise, mener des politiques macroéconomiques efficaces et constituer le capital humain indispensable au développement à long terme.

Pour sa part, la BNC est intervenue à deux niveaux pour favoriser la croissance et le développement des MPME, d’abord en mettant en place une structure d’accueil dédiée, le ProCrédit, une division spécialisée pour accompagner et financer les besoins en capitaux des MPME, partout où elles se trouvent.

Récemment encore, dans le cadre de sa modernisation et de la digitalisation de ses opérations, et pour faciliter l’inclusion des MPME dans le système financier, la BNC a entrepris des travaux d’aménagement de plusieurs plateformes numériques, pour rendre disponibles ses produits et services (ATAWAD) à savoir : Any Time AnyWhere Any Device.

Ces produits et services incluent entr’autres :

  • Les Distributeurs Automatiques de Billets, et les Guichets Automatisés de Banque;
  • Les produits de dépôt, d’assurance, et d’épargne retraite pour les employés des entreprises;
  • Les financements appropriés à leurs besoins de trésorerie;
  • Les crédits par signature pour la délivrance de cautions d’exploitation et de marché;
  • Les crédits à moyen et long terme pour financer la croissance et les investissements.

En somme, tout ce qui peut faciliter le développement des affaires, la réalisation du cycle d’exploitation et le développement des activités déployées par les MPME en Haïti a été pris en compte.

Autant nous sommes frappés par la créativité, l’imagination, l’originalité et la ténacité des MPME qui frappent à nos portes, autant aussi nous sommes consternés devant les difficultés et obstacles auxquels elles font face pour mener à bien leurs activités.

Aussi nous appuyons fortement ces cinq recommandations générales produites par la Banque mondiale à l’intention des responsables publics des pays émergents et en développement (dans son dernier rapport sur le poids du secteur informel dans les économies émergentes et en développement intitulé – The long shadow of Informality) pour juguler les impacts négatifs du développement du secteur informel sur l’économie) :

1) opter pour une approche globale, puisque l’économie informelle, qui traduit un sous-développement généralisé, ne peut pas être traitée isolément ;

2) adapter les mesures au contexte national, les causes de l’informalité étant très variables ;

3) renforcer l’accès à l’éducation, aux marchés et aux financements, pour permettre aux travailleurs et aux entreprises du secteur informel d’atteindre un niveau de productivité suffisant pour rejoindre l’économie formelle ;

4) améliorer la gouvernance et le climat des affaires pour favoriser le développement de l’économie formelle ; et

5) rationaliser les régimes fiscaux pour réduire le coût de l’activité formelle et promouvoir la formalisation de l’informel.

A la BNC, nous continuons malgré tout à faire preuve de résilience dans la gestion des dépôts de la clientèle, à démontrer plus de sagacité dans la distribution des crédits, à consentir la diminution de nos marges et à poursuivre les efforts déjà entrepris dans le cadre de la modernisation de la banque pour faire face à la concurrence tout en maintenant notre 3ème place dans le système bancaire.

Nous sommes conscients de notre rôle de banque commerciale de l’Etat et prenons à cœur la mission qui nous a été confiée, celle d’accompagner tous nos concitoyens dans leurs efforts d’épargne et d’investissement et à la recherche de la satisfaction de leurs besoins de financement dans de bonnes conditions.

Aux organisateurs de ce forum, nous voulons exprimer notre gratitude de nous avoir donné cette possibilité de partager notre point de vue sur ce sujet d’actualité qui nous touche de très près, et sur lequel beaucoup de chemin reste encore à parcourir, pour que ces MPME, qui jouent un rôle prépondérant dans notre communauté, bénéficient de l’environnement adéquat et de l’attention qu’il faut des pouvoirs publics, pour intervenir de manière organisée dans un cadre formel.

A tous ceux qui nous écoutent, ici et ailleurs, et sur quelle que soit la plateforme de communication, nous vous disons merci de nous avoir suivis. A tous les PPME qui ne sont pas encore clients, nous vous invitons à venir faire l’expérience BNC.

Nos remerciements vont également et en particulier aux Membres du Conseil d’Administration et à tout le personnel qui continuent de travailler avec beaucoup d’ardeur et de courage dans les conditions très éprouvantes que l’on sait, pour accompagner la clientèle, lui garantir un service de qualité, et la disponibilité en tout temps et partout de tous nos produits et services.

 

BNC l’expérience au service de toutes les générations.

 

Sommet International de la Finance – 12ème édition

25, 26 et 27 avril 2022

Financer les Micro, Petites et Moyennes Entreprises en Haïti

(Quels financements et pour quelles entreprises ?)

Mr Raoul Pierre-Louis, Président du Conseil d’administration

Banque Nationale de Crédit (BNC)

 

Discours du Président de la BNC

Sommet International de la Finance – 25 Avril 2022